Détail

Lancement d’une double initiative pour la protection de la vie

Réduire le nombre d’interruptions de grossesse en Suisse par des mesures modérées: C’est ce que veulent deux initiatives populaires fédérales lancées peu avant Noël 2021.

Avec le conseiller national Andi Gafner et la députée bernoise Katharina Baumann, deux représentants de l’UDF font partie des comités d’initiative.

 

Un article du Service de presse UDF Suisse dans impulsion no. 1 - février 2022

 

La première initiative vise à instaurer un délai de réflexion minimal d’un jour avant tout avortement («initiative la nuit porte conseil»).

La seconde initiative s’oppose à la pratique choquante des avortements tardifs («initiative sauver les bébés viables»).

La nuit porte conseil

Pour chaque décision importante de la vie, il est judicieux de considérer que la nuit porte conseil. D’autant plus pour un avortement. Un jour de réflexion protège les femmes de décisions hâtives prises sous la pression et le stress. Et ce n’est qu’avec un délai de réflexion qu’elles peuvent exercer leur droit de consulter le guide des services d’aide remis par le médecin et de demander de l’aide. Un délai de réflexion existe déjà dans 18 pays européens: en Allemagne, par exemple, les femmes ont trois jours de réflexion, en Italie sept. En Suisse, les femmes doivent avoir au moins un jour. On estime que cela permettrait d’éviter 10 % des interruptions de grossesse, soit plus de 1’000.

Sauver les bébés viables

Les progrès de la néonatologie [qui s’occupe des problèmes spécifi ques des prématurés et de leur traitement] permettent de sauver des bébés prématurés dès la 22e semaine de grossesse sur 40 et de les faire survivre en bonne santé, à condition qu’ils reçoivent des soins intensifs appropriés. Il faudrait donc accorder aux bébés à naître un droit absolu à la vie, comme celui des prématurés, à un moment où ils peuvent survivre et respirer en dehors du ventre de leur mère. Une centaine de bébés par an pourraient ainsi survivre.