Détail

Oui à "Dieu Tout-Puissant". Ne touchez pas à notre préambule!

«Au nom de Dieu tout-puissant» lit-on dans l'introduction - le «Préambule» - de la Constitution fédérale de la Confédération suisse.

Cette référence à Dieu figurait déjà dans l’introduction du Pacte fédéral de 1291. Cette référence à notre Créateur, qui est née de la reconnaissance des racines chrétiennes de notre pays, veut être maintenant supprimée par le conseiller national du PS Fabian Molina. L'UDF s'oppose à cette attaque contre nos valeurs chrétiennes. Une suppression de la référence à Dieu dans notre constitution équivaudrait à un déni de l'identité de notre nation. L’«éloignement de Dieu» enverrait des signaux dévastateurs et ouvrirait la voie à un laxisme sans précédent.

 

Le fait que les droits et les devoirs énoncés dans la Constitution fédérale s'appliquent de la même manière à tous est incontesté dans tous les partis et organisations démocratiques - y compris, bien sûr, l'UDF. L'État et la religion sont largement séparés en Suisse - et ceci est une bonne chose. Il est toutefois irritant que l'on attribue soudainement à l'attachement à Dieu inscrit dans le préambule, un caractère «d'exclusion», voire «discriminatoire». La confession de «Dieu Tout-Puissant» est, de bout en bout, affirmation de vie, intégratrice et connotée positivement. Elle tient compte de l'héritage chrétien de la Suisse et de la réalité de vie de millions de personnes dans ce pays, et est plus contemporaine que jamais.

 

L'UDF se prononce, sans «si» ni «mais», en faveur du maintien de la référence à Dieu dans notre Constitution fédérale et le soutiendra par tous les moyens démocratiques.

 

Pour plus d’informations:

Marc Früh, ancien député au Grand conseil BE, 079 673 08 16